Chenilles processionnaires : Dangers, Expansion, Lutte

Le soleil fait son apparition et la vie reprend son souffle. Nos amis les insectes font eux aussi leur apparition. Et parmi eux, certains sont plus souhaitables que d’autres. C’est le cas de la chenille processionnaire du pin qui a déjà commencé sa procession.

Fotolia_7254418_XS

Chenille processionnaire de tête au sol

Cette espèce autrefois inconnue de nos régions commence à se faire une notoriété populaire. En effet, ce lépidoptère importé de contrée lointaine a colonisé le territoire français (et européen) à une vitesse effroyable. Les conifères sont pour beaucoup sensibles à cette espèce qui se nourrit des épines affaiblissant ces derniers jusqu’à leur mort si la population de chenille est importante. Il s’agit d’un problème majeur d’un point de vue écologique pour de nombreuses espèces d’arbres dans nos forêts et jardins.
Cependant, ce n’est pas là le problème le plus important que posent les chenilles processionnaires. En effet, cette chenille est capable de libérer de minuscules poils urticants qui peuvent provoquer de graves réactions cutanées. Les enfants sont particulièrement sensibles à ces poils urticants. Ce ne sont malheureusement pas les seuls, car on déplore chaque année de nombreux chiens qui doivent être euthanasiés suite à l’absorption de poils de chenilles. Nos amis canins ont, en effet, une fâcheuse tendance à lécher les chenilles une fois celle-ci au sol, provoquant des nécroses aboutissant à l’ablation de la langue au mieux…

Pou lutter contre ce nuisible, plusieurs solutions existent et sont mises en place par A L’ATTACK pour assurer au mieux votre sécurité, celle de vos enfants et de vos animaux domestiques. Pour lutter contre ce nuisible, il faut impérativement connaître son cycle de vie qui va indiquer les meilleures solutions en fonction de la période.

De septembre à avril, il est possible d’utiliser l’échenillage mécanique des prénids ou des nids d’hiver. Cette technique est facile à mettre en place, mais présente des risques de contacts avec les chenilles. La technique est difficile à mettre ne place si les nids sont peu accessibles ou les arbres trop grands. Attention au vent qui peut transporter les poils urticants.

nid chenille

Exemple de nid de chenille processionnaire

De novembre à avril, on peut placer des écopièges qui sont écologiques, mais il faut les placer avant que les chenilles n’aient quitté le nid. Il permet d’éviter que les chenilles n’aillent au sol et ne soient en contact avec les gens ou les animaux. Il capte les chenilles au stade chrysalide et peut être réutilisable.

chenille1

écopiège autour d’un pin

De juin à août, on peut se servir des pièges à phéromones qui attirent jusqu’à 40% des mâles de la zone. Il doit être couplé avec l’écopiège. Il faut environ 6 pièges à l’hectare et 2 sur une zone isolée.

Il faut aussi favoriser la présence de mésanges et de chauve-souris qui sont des prédateurs efficaces et naturels.